Bien attaquer ma prise de parole en public

 

accroche-clefs-aimant-geant-.jpg

Dans toute communication interpersonnelle les premières secondes sont déterminantes et elles le sont d’autant plus face à un auditoire pour la suite et le déroulement de votre présentation.

Si vous manquez cette étape vous risquez de perdre l’attention que l’on pouvait potentiellement vous porter.

L’adage ne dit-il pas : « nous avons une seule chance de faire une première bonne impression ».

En tant qu’orateur vous devez créer rapidement un lien avec votre auditoire, qui le rendra plus réceptif à votre message.

L’objectif est double en brisant cette barrière naturelle puisque de votre côté, il vous met également dans de bonnes dispositions psychologiques et vous donne toute la confiance nécessaire pour impacter.

Alors pour quoi parle-t-on de ces fameuses « 20 premières secondes » ?

Il s’agit du principe du « 4X20 » que le commerciaux(les bons) connaissent bien, la prise de contact qui va donner envie à votre interlocuteur de poursuivre la relation et l’échange.

  • les 20 premiers pas
  • les 20 centimètres qui vous séparent de votre interlocuteur
  • les 20 premiers mots
  • les 20 premières secondes

Ces vingt premières secondes vont conditionner le reste de la relation que vous allez établir. Autant ne pas partir avec un handicap et une façon de partir sur les bons rails de votre intervention est de préparer votre accroche.

Ce qu’on appelle l’accroche rend effectivement tout le sens de ce dont il s’agit car vous devez capter et ramener votre auditoire vers vous. Vous n’êtes pas en terrain conquis !

Il existe d’ailleurs plusieurs types d’accroche : Anecdote, Devinette, Sondage, Histoire et mise en scène, Annonce choc, Statistique, …

Chacune permettra d’établir la connexion avec votre public avec différentes visées, certaines impliquent l’auditoire en le poussant à se manifester comme la devinette ou le sondage

Ex. Qui connait l’auteur de cette phrase …. ? Combien d’entre vous ont achetés un IPhone ?

D’autres accroches vont aller titiller le cortex droit des cerveaux (qui gère les émotions, la créativité, les sensations…etc.) c’est le cas de l’histoire

Ex. En 1985 jeune adolescent, seul dans le garage de mes parents j’ai décidé de construire un ordinateur, c’est le début de la société X.  

En conclusion gardez toujours en tête que cette partie de votre intervention est finalement la plus décisive ; alors amusez-vous à surprendre, étonnez, faites qu’on ait envie de vous suivre.

Créez le lien qui vous unit avec votre auditoire !