Pourquoi j’ai peur de parler en public ?

2492403_parler-en-public_640x280

«D’après la plupart des études, la peur n°1 des gens est parler en public. La n°2 est la mort. La mort, en 2e position. Ça vous paraît normal ? Ça veut dire que pour le péquin moyen, si tu vas à un enterrement, il vaut mieux être dans le cercueil que dire l’oraison funèbre» (Jerry Seinfeld)

 

 

Cette citation de l’humoriste américain bien que drôle est assez édifiante, mais alors pourquoi intervient-elle cette satanée peur de parler devant des gens ?

 

Il y a différents facteurs dont on peut en dégager les 3 principaux :

  • L’estime de soi: Penser que nous n’avons pas la capacité à faire, croyance négative, je ne peux pas, je ne suis pas capable de…
  • Les croyances freins: C’est trop difficile, je vais me planter,…etc.
  • La peur du jugement d’autrui: Que va-t-on penser de moi ? Vais-je être à la hauteur du regard d’autrui ?

 

Pour beaucoup la prise de parole en public est assimilée à une forme de mise à nu, une forme d’exhibitionnisme imposée. Cette sensation est en fait liée à la voix qui est de l’ordre de l’intime, celle-ci prenant sa source au niveau du pubis.

La prise de parole en public = somme de toutes les peurs

 

Peur…

  • de perdre ses moyens
  • de l’erreur
  • de ne pas être pertinent
  • d’être jugé
  • d’être démasqué
  • de décevoir
  • de la pression
  • de montrer sa peur (cercle vicieux)

 

Pour tout intervenant en public, il y a toujours de façon plus ou moins prononcée, une relative crainte face à un élément complexe que les grecs appelaient la Doxa, qu’on peut définir simplement par  « l’opinion commune » ou un ensemble de jugement collectif.

 

Qu’est ce qui provoque la sensation et ce facteur qu’est le stress, si ce n’est la peur face au  jugement présupposé de cette même Doxa. Une projection négative des conséquences que pourraient avoir mon intervention auprès d’un ensemble de jugements à la fois monolithique et collectif.

 

Pour celui qui prend la parole en public, il y a cette peur de mal faire, d’être sous le coup d’un jugement négatif de son auditoire, cette peur par définition irrationnelle est initiée bien souvent, non pas par la réalité des comportements de la salle mais des croyances négatives en nous-même qui viennent saboter notre envie d’agir, de convaincre notre public.

 

Avant même de traiter le phénomène avec des outils et des techniques, qui seront l’objet d’un prochain article, et sachant qu’identifier un problème c’est déjà commencer à le résoudre, je vous propose de faire ce travail d’identification de ce qui se joue quand vous prenez la parole et provoque cette gêne qui vous empêche d’atteindre vos objectifs.