Savoir donner un feedback

Utile pour améliorer ou faire évoluer une pratique professionnelle, une activité intégrée à un projet, le feedback est un élément important dans la communication d’un manager, d’un chef de projet ou d’un référent. Donner un feed-back permet de transmettre des indications sur la progression, ajuster et guider vers l’accomplissement d’objectifs collectifs ou Feedback with Colourful Comments Symbolindividuels.

 

Un feedback finalement c’est quoi ?
Un feedback (nourrir en retour, en français) n’est rien d’autre qu’une appréciation, une opinion sur une ou des actions passées dans le but d’influer sur des comportements et des actes dans le futur.

 

Pourquoi est-ce important d’en donner ?

Il est important tout simplement pour que l’on sache ce que vous pensez, connaître vos impressions par rapport à une ou un ensemble d’actions. Celui qui agit à besoin d’un avis extérieur qui lui donne une perception de l’effet de son action. Il va être important surtout pour ce collaborateur, en tant que facteur individuel de motivation, à travers les signes de reconnaissance de son travail.

Il vous permets également de vous positionner et de clarifier vos attentes par rapport a des objectifs formels ou informels. On peut ressentir parfois des freins ou des craintes à exprimer celui-ci par présupposé des réactions que cela va susciter. Mais il sera toujours plus utile d’exprimer vos retours, que l’on ne connaisse pas votre perception des choses car cela peut engendrer des malentendus, malaises,…etc.

 

Qu’est-ce qui est important dans la perception de celui qui le reçoit ?

Celui-ci doit être écouté, compris et accepté pour pouvoir avancer à la suite de cela. La notion de confiance est primordiale entre les deux interlocuteurs pour que le récepteur soit en mesure de recevoir sans à priori le retour que vous lui faites, qu’il ne doute pas de votre impartialité et qu’il soit convaincu que ce retour pourra enrichir sa propre réflexion sur son expérience.

 

Par quoi le feedback doit-il être motivé ?
  • Son aspect constructif: L’idée est que l’interlocuteur tire un parti positif qui lui permette d’avancer et de construire. Généralement il est préférable de commencer par les aspects les plus positifs pour faciliter la réception de celui-ci.
  • La bienveillance: Même un feedback négatif dans être guidé par la bienveillance pour la personne concernée cela pour éviter « le braquage » et le fait que l’on entende plus le message car on se tournera non pas sur le sujet mais sur soi (égo).
  • La volonté d’être factuel: Partir d’un fait permets d’être en accord dès le début car un fait n’est pas contestable. A partir de cela, on peut échanger sur une base sereine ou le facteur émotionnel entre moins en jeux. Exprimer des faits précis permet de se mettre à l’abri de l’interprétation et du sentiment.
  • Permettre l’accès à l’autonomie de celui qui le reçoit: Dans l’idée un feedback ne doit pas lier celui qui l’émet et celui qui le reçoit et créer une systématique ou une récurrence. Celui-ci doit permettre à l’interlocuteur de pouvoir avancer et suivre son propre chemin.

 

Les pièges dans lesquels ne pas tomber

La généralisation: Un feed-back doit être précis et concret. Il doit concerner un périmètre délimité et des actions ou comportements inscrits dans le temps.

 

L’attaque personnelle: Consciemment ou inconsciemment, on tombe souvent dans le jugement personnel sans même sans rendre compte ce qui atténue l’effet constructif du feedback et fait rentrer l’égo dans la discussion. Il va être important dans la formulation de développer en subjectivant dès le départ, « Je pense que…; « Mon opinion est… » non pas « Tu es trop…tu n’es pas assez… »

 

Ne pointer que le négatif: Il est assez aisé de ne mettre en évidence que les points négatifs chez l’autre. Toujours penser à avoir une perspective plus globale. Il y a forcément à côté, des aspects positifs à énoncer et qui vont renforcer la confiance chez votre interlocuteur et qui lui permettront d’accepter et d’intégrer plus facilement l’ensemble du feedback au final.